Les troubles auditifs augmentent les risques de développer une maladie

Source : VOUS ENTENDEZ MOINS BIEN ? DES AIDES AUDITIVES POUR RESTER JEUNES ! saif-audition.fr

Savez-vous que l’audition est un sens crucial ? La perdre, même légèrement, peut entraîner une cascade de désagréments, qui peut parfois avoir des conséquences dramatiques. Ainsi, on sait qu’une personne présentant un déficit auditif léger disposera, en moyenne, de capacités cognitives équivalentes à celles d’une personne de sept ans son aîné. En clair : si vous avez 55 ans et que vous sentez une légère perte d’audition, il se pourrait bien vous ayez les facultés de raisonnement et de langage d’une personne de 62 ans.

La baisse d’audition favorise les chutes, l’isolement, dépression. On sait même, depuis peu, que les personnes malentendantes sont victimes de plus d’accidents (domestiques ou de la route) que les autres. Une étude récente a montré qu’une perte auditive légère multiplie presque par trois le risque de chute*.

Enfin, la perte d’audition entraîne un risque accru de développer une maladie neurodégénérative (type Alzheimer).

Que de mauvaises nouvelles, tout ça ! Oui mais les études montrent aussi qu’une personne portant des aides auditives maintient 100 % de ses facultés et gomme tous les risques associés à la baisse audition dont nous venons de parler… une bonne raison, s’il en fallait, de courir chez un audioprothésiste (indépendant de préférence…).

À partir de 50 ans, parfois même avant, apparaissent généralement les premières gênes auditives. Au début, on se dit qu’on peut faire avec et que, de toute façon, ça n’est pas très esthétique de porter une aide auditive. Aujourd’hui, cela est faux car les aides auditives sont de plus en plus discrètes, voire même esthétique. On ne le dira jamais assez :porter des aides auditives, ça ne « fait pas vieux », mais ça permet de rester jeune !

De plus, s’appareiller est de plus en plus accessible financièrement… surtout chez les audioprothésistes indépendants ! Leurs prix sont très souvent inférieurs de 10 à 20% à ceux des enseignes nationales, et ils proposent des services qui permettent de rendre le coût restant à votre charge bien mieux supportable (tiers-payant, échelonnement des paiements, etc…). Raison de plus pour jeter les idées reçues à la poubelle et filer chez un audioprothésiste indépendant. Il vous invitera à faire, avec lui, un bilan auditif, qui vous permettra de bénéficier, gratuitement, de l’avis d’un spécialiste.

Ensuite, votre audioprothésiste vous invitera à prendre rendez-vous avec votre médecin ORL ou généraliste, afin de faire le point sur votre audition et obtenir, si le besoin s’en fait sentir, une prescription médicale.

Alors, restons jeunes ! On peut s’appareiller à tout âge et quel que soit le déficit auditif, sur prescription de votre médecin ORL ou généraliste.

Vous recherchez un audioprothésiste indépendant proche de chez vous ? Appelez la SAiF au  03 20 16 28 48 ou replisser le formulaire en cliquant ici

 

* «The magnitude of the association of hearing loss with falls is clinically-significant with a 25 dB hearing loss (equivalent from going from normal to mild hearing loss) being associated with a nearly three-fold increased odds of reporting falling over the preceding year. » in.Lin FR, Ferrucci L. Hearing loss and falls among older adults in the United States, Arch Intern Med. 2012 Feb 27; 172(4): 369–371. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3518403
Un nombre croissant d’études mettent en évidence un lien entre déficit auditif et troubles cognitifs : Etude de Frank Lin de 2013 – Lin FR, Metter EJ, O’Brien RJ, Resnick SM, Zonderman AB, Ferrucci L. Hearing loss and incident dementia. Travail de Richard K. Gurgel et al. de 2014 – Gurgel RK, Ward PD, Schwartz S, Norton MC, Forter NL, Tschanz HT. Relationship of Hearing Loss and Dementia : A Prospective, Population-Based Study. Otology & Neurotology. 2014. Etude de Jean de Kervasdoué et Laurence Hartmann, du Conservatoire national des Arts et Métiers, mars 2016.

Menu